A la loupe de la présidentielle : la politique d’immigration

Écrit par Aliénor Barrière
Immigration-coût-dépenses publiques Immigration-coût-dépenses publiques © Shutterstock

L’immigration coûte 40,3 milliards d’euros par an (échelle basse). Comment les candidats à la présidentielle envisagent-ils de lutter contre une immigration aussi coûteuse que porteuse d’insécurité ?

 

Emmanuel Macron entend réformer l’espace Schengen et renforcer Frontex. Il « prendra sa part » dans l’accueil des réfugiés. Enfin, il facilitera l’éloignement des personnes déboutées du droit d’asile et durcira l’accès aux titres de séjour.

Jean-Luc Mélenchon veut rétablir la carte de séjour de dix ans comme titre de séjour de référence et régulariser tous les travailleurs sans-papiers et les étudiants.

Il restaurera la liberté de circulation au sein de l’espace Schengen et dépénalisera le séjour irrégulier.

Il remettra en cause de fichage des étrangers et la biométrie dans le contrôle des frontières, assouplira les politiques de visas « au titre de l’asile » et garantira l’accès effectif aux soins de tous (AME).

Enfin, il modifiera la Constitution pour reconnaitre le droit de vote et d’éligibilité des résidents extra européens aux élections locales et européennes.

Éric Zemmour veut supprimer le droit au regroupement familial, exiger que les demandes d’asile soient déposées en dehors du territoire national (comme Marine Le Pen) et sélectionner au mérite les étudiants étrangers.

Il dénonce les accords bilatéraux facilitant l’immigration et créera une garde-frontière à statut militaire pour épauler la police aux frontières.

Il combattra les passeurs en étendant la définition pénale de la traite des êtres humain et retirera la signature de la France du Pacte de Marrakech qui favorise les immigrations internationales.

Il créera un Ministère de la Rémigration afin d’expulser un million d’étrangers clandestins, de délinquants et criminels étrangers et fichés S.

Enfin, il supprimera les dispositifs d’aides sociales qui attirent l’immigration (AME, droit du sol, aides sociales non-contributives, renouvellement quasi-automatique des titres de séjour) et garantira l’éloignement des étrangers indésirables.

Valérie Pécresse souhaite faire voter chaque année au Parlement des quotas maximum de titres de séjours par pays et par métier et remettre en cause les accords migratoires avec les pays d’origine dans les 6 premiers mois du mandat.

Les prestations sociales non-contributives seront accordées aux étrangers justifiant de cinq ans de séjour régulier en France (comme Marine Le Pen) et aucun avantage social ne sera accordé à une personne étrangère en situation irrégulière.

Comme Éric Zemmour, elle reprendra l’expulsion des clandestins par charter et obligera à ce que les demandes d’asile soient déposées à l’étranger.

Marine Le Pen assurera la priorité nationale d’accès au logement social et à l’emploi et supprimera l’autorisation de séjour pour tout étranger n’ayant pas travaillé depuis un an en France.

Elle expulsera systématiquement les clandestins, délinquants et criminels étrangers, supprimera le droit du sol et limitera l’accès à la nationalité à la seule naturalisation sur des critères de mérite et d’assimilation, comme Éric Zemmour.

Lu 216 fois Publié le jeudi, 24 mars 2022

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.