Voyage d'Anne Hidalgo à Tahiti : des vacances olympiques aux frais des Parisiens

Écrit par Fabrice Durtal
Anne Hidalgo-voyage-Tahiti © Shutterstock / EQRoy

Alors que les Parisiens essuient une hausse de la taxe foncière de plus de 60%, Anne Hidalgo, la maire PS de Paris part en escapade en Polynésie sans motif réel et aux frais du contribuable.

Déjà épinglée pour avoir financé une association qu’elle préside à hauteur de 500 000 euros, Anne Hidalgo est à nouveau sur la sellette pour des motifs budgétaires.

Cette fois-ci, l’édile PS est mise en cause pour un voyage mi-public, mi-privé, estimé à 60 000 euros. Soit 40 955 euros de déplacement pour la délégation (3 élus + 3 collaborateurs) auxquels il faut associer 18 545 euros au titre de l'hébergement et pour la restauration.

De retour à Paris après plusieurs semaines d’absence, la maire de Paris a répliqué le 6 novembre que tout était en règle, mais ses explications ne convainquent pas grand monde.

L’opposition regroupée sous l’étiquette « Changer Paris » lui avait adressé une question écrite le 30 octobre.

Elle lui demande de préciser les buts et le programme de ce voyage en Polynésie, son coût ainsi que la répartition de sa prise en charge entre les finances personnelles de l'édile socialiste et la mairie.

Officiellement la maire de Paris se déplaçait à Tahiti avec plusieurs de ses missi dominici dans le cadre des préparatifs des Jeux olympiques 2024, avec, pour objectif, la visite du site l'épreuve de surf (à Teahupo'o).

Cette version studieuse a été mise à mal par les révélation du Parisien : le 3 novembre, le quotidien révélait que cette visite s’était déroulée… sans Anne Hidalgo.

C'est son adjoint au sport, Pierre Rabadan, qui s’est chargé de la représenter pendant que la mairesse entamait des vacances avec sa fille sur l’île de de Raiatea, à environ 45 minutes de vol de Tahiti.

Ce voyage officiel pour le compte de la Mairie de Paris a donc coïncidé avec un déplacement privé, dénoncent des élus de l’opposition qui soupçonnent l’élue PS d’avoir organisé un regroupement familial aux frais des Parisiens.

Pour se défendre, la maire de Paris rappelle que la « partie » du voyage consacrée aux vacances et au temps passé avec sa fille est à sa charge, hormis le billet retour vers Paris, payés par les contribuables.

Voyage d'Anne Hidalgo à Tahiti : un voyage alibi ?

Ces explications ne satisfont pas l'opposition de droite.

Il s’agit d’un « voyage alibi », dénonce notamment David Alphand, vice-président du groupe Changer Paris, en rappelant dans les colonnes du Parisien que rien ne justifiait ce déplacement puisque le président de Paris 2024 et la ministre des Sports se sont déjà rendus sur place, il y a 2 mois.

L’opposition en profite aussi pour railler les « leçons d'écologie » de la maire de Paris, qui « voyage dans le monde entier aux frais des Parisiens ».

A titre de justification, l’entourage d' Anne Hidalgo a aussi indiqué que l’édile est aussi la présidente de l'Association internationale des maires francophones, l’entité qu’elle vient de doter de 500 000 euros et avec laquelle des réunions informelles auraient été organisées durant ce séjour.

La commission de déontologie de la Ville de Paris, a été chargée de vérifier la licéité de ces vacances enchantées.

Publié le mercredi, 08 novembre 2023

27 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Espacemex jeudi, 23 novembre 2023 Posté par Espacemex

    Serait-il possible de savoir si cette dépense conséquente avait été votée et approuvée en conseil municipal ?

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire fabou jeudi, 23 novembre 2023 Posté par fabou

    Elle n'était pas loin, elle l'a dit elle-même, elle n'était pas au bout du monde comme certains le disent, mais juste à l'autre bout de la France ! Elle est pas belle la vie !

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire DUBON jeudi, 23 novembre 2023 Posté par DUBON

    jeudi, 23 novembre 2023 Posté par Edmond

    Bonjour Edmond,
    Même si vous avez raison dans vos explications, ce n'était pas l'objet de l'article, mais surtout l'argent public utilisé et dépensé !

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire ourliac jeudi, 23 novembre 2023 Posté par ourliac

    C'est seulement pour économiser du chauffage à Paris qu'elle va à tahiti bien sur.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire paslin jeudi, 23 novembre 2023 Posté par paslin

    comment les parisiers accepte sans ce revolter et la justice n'intervient pas pour recuperer ces sommes
    alos pourquoi ce gener

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire cendu jeudi, 23 novembre 2023 Posté par cendu

    Je suis créateur d'entreprises (à la retraite aujourd'hui). Si j'avais fait le millionième de ce que font beaucoup de nos élus, il y a longtemps que j'aurai été ruiné et en taule. Mais il faut croire qu'ils ont tous quelque chose à se reprocher et donc qu'ils se protègent les uns les autres même des délits les plus énormes.
    J'ajoute que mes entreprises étaient obligées de rendre leurs comptes public, mais, en 23 ans, je n'ai jamais réussi à avoir ceux des mairies de Bordeaux et de Le Bouscat (donc je ne sais pas où va NOTRE argent).
    Fabuleux pays qu'est (devenu) le nôtre.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire LETOURNEAU jeudi, 23 novembre 2023 Posté par LETOURNEAU

    non seulement elle s'engraisse à ne faire que conneries sur conneries mais elle part en vacances au soleil, et loin (évitons de parler de sa taxe carbonne),mais en plus elle s'arrange pour ne rien payer.

    Je la ferai rembourser son voyage mais en plus elle écoperait d'une amende correspondant à 10 fois le montant de son remboursement.

    Si on s'occupait sérieusement de tous les politicars verreux, le pays serait vite remonté et les caisses vides à l' heure actuelle deviendraient rapidement bénéficiaires

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Faucon jeudi, 23 novembre 2023 Posté par Faucon

    C est de l escroquerie.cette bonne femme devrait être destituée et traduit devant un tribunal pour détournement.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Edmond jeudi, 23 novembre 2023 Posté par Edmond

    le terme "mairesse" est généralement employé pour désigner l'épouse du maire; il n'est plus usité depuis longtemps. L'Académie ne reconnait que le mot "maire" désignant la fonction que celle-ci soit remplie par une femme ou un homme.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Leclercq jeudi, 23 novembre 2023 Posté par Leclercq

    Oui bravo c est encore une grande leçon de nos politiques
    L argentin nouvellement élu ´ aurait il pas raison ?
    Ce comportement pour une donneuse de leçon a de quoi être indécent !
    Faut il encore voter pour ces personnes?

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.