Sujet de bac de SES : Contribuables Associés aurait pu l’écrire !

Écrit par Aliénor Barrière
Salle de classe Salle de classe Wokandapix pour PixaBay

« Propagande libérale », « le Medef rédige les sujets du bac », « programme biaisé en faveur du libéralisme économique »… Devant ces réactions en chaîne, il n’en fallait pas plus pour considérer d’un œil très favorable les sujets du bac 2022 de Sciences économiques et sociales !

 

Or en quoi consistent ces fameux sujets ? « A l’aide de deux arguments, montrez que le travail est source d’intégration sociale ».

On cherche en vain ce qui peut bien chagriner les esprits de gauche dans cet énoncé, et puis on se souvient que le travail est l’antithèse de l’assistanat…

Autre question : « A l’aide d’un exemple, montrez que l’action des pouvoirs publics en faveur de la justice sociale peut produire des effets pervers ».

Bon, on a vu plus libertarien comme intitulé. Le sujet est même très nuancé puisqu’il évoque la possibilité d’effets pervers, c’est-à-dire en fait qu’il reconnaît simplement que la justice sociale n’est pas absolument parfaite.

Là encore, on a du mal à voir là où le bât blesse. Et puis on se rappelle que la justice sociale est désormais érigée en idéologie, et que le principe même d’une idéologie est l’absence de nuance et de possibilité de remise en cause.

Il faut aussi voir qui critique ces sujets : en première ligne, Les Economistes atterrés, les mêmes qui qualifient le programme de Marine Le Pen de « néolibéral » et celui de Valérie Pécresse de « réactionnaire »… On sait dès lors à quelle fiabilité s’en tenir.

Parmi les réactions outrées, il y en a une qui revient fréquemment : « Macron n’aurait-il pas rédigé lui-même les sujets de bac ? ».

Décidemment, cinq années de politique macroniste n’auront pas réussi à défaire le mythe de l’ultralibéralisme du Président : si les Français se sentaient à la fois plus riches et le plus libres, cela se saurait !

A Contribuables Associés, nous considérons ces sujets comme une bonne nouvelle : parfois, les élèves sont invités à réfléchir hors de la chape de plomb gauchisante de l’Education nationale.

Aliénor Barrière

Lu 203 fois Publié le vendredi, 20 mai 2022

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.