Présidentielle 2017 : Benoît Hamon répond à Contribuables Associés

Benoît Hamon, candidat du Parti Socialiste, a répondu aux questions de Contribuables Associés pour la présidentielle 2017.

 

« J’ai bien reçu votre courrier et vous en remercie.

J’ai bien saisi que votre association milite contre l’excès de dépenses publiques et ses conséquences sur l’endettement du pays et les déficits. Que fait l’État de notre argent ? Ou plus exactement, à quoi servent les prélèvements obligatoires ?

A remplir trois grandes fonctions.

  • La première est d’assurer la production des biens publics nécessaires au développement et à la cohésion sociale du pays (éducation, recherche, sécurité Intérieure et extérieure, santé, protection de l’environnement, infrastructures, etc.).
  • La deuxième est de redistribuer du revenu, afin de corriger les inégalités (prestations sociales) ou d’assurer les particuliers contre un risque social (retraites, assurance maladie, indemnisation du chômage).
  • La troisième, enfin, consiste à agir sur l’activité économique, à travers les commandes publiques et l’investissement public.

Il est juste de dire que les dépenses publiques (Etat et collectivités territoriales) et de protection sociale ont fortement progressé sur le long terme, dans tous les pays développés. En France, leur progression, au cours des dernières décennies, s’explique surtout par la montée des dépenses de protection sociale, mais aussi par celle des dépenses d’éducation.

Une idée très répandue est celle que les socialistes font une religion de la hausse des Impôts. C’est oublier que la pression fiscale a fortement augmenté, au moment où Nicolas Sarkozy et François Fillon étaient au pouvoir (2007-2012).

Il n’est pas inutile de rappeler la création de la TVA dite « sociale » que la gauche a immédiatement annulée. Le candidat LR à la présidentielle prévoit une nouvelle hausse de deux points de TVA, en cas de victoire, pour compenser la baisse de la fiscalité sur le capital.

Qui, en 2011, a désindexé le barème de l’impôt sur le revenu de l’inflation des prix ? Qui, par cette mesure, a soumis quelque 400 000 nouveaux foyers environ à l’impôt, alors qu’ils ne l’étaient pas avant? Ce sont bien le gouvernement Fillon et son ministre des finances, François Baroin. Cette mesure qui est une hausse d’impôt dissimulée a été supprimée, en 2014.

Oui, Nicolas Sarkozy et François Fillon ont diminué les impôts sur les plus riches, via la loi TEPA et l’instauration d’un bouclier fiscal (ce dernier point ne concernait toutefois que les foyers les plus aisés). Mais, dans le même temps, ils laissaient filer ta dette de l’Etat, soit près de 600 milliards d’euros supplémentaires, en 5 ans, selon les chiffres communiqués par la Cour des comptes, et les déficits.

Fort de ce constat, la question de l’utilité des impôts est récurrente, il n’est pas inutile de rappeler qu’au-delà du comblement de la dette de l’Etat, ils permettent de faire fonctionner les services publics. Policiers, pompiers, infirmiers, médecins, juges… sont rémunérés grâce aux impôts collectés par l’État. À l’échelle des collectivités locales, ils financent les postes dans les lycées, les collèges et les écoles, mais aussi les allocations d’aide aux personnes âgées, les aides aux entreprises, les transports régionaux, l’entretien des routes…

Annoncer, comme le font la droite et l’extrême droite, des baisses drastiques d’impôts, revient donc clairement à redéployer la Police Nationale en réduisant les effectifs, supprimer des postes dans l’Éducation ou à ne pas remplacer les fonctionnaires partant à la retraite. Supprimer des services publics aurait pour conséquence un accroissement des inégalités.

Seule une partie de la population pourra s’offrir ces services, tandis que les autres renonceront à tout, comme ce fut le cas dans le domaine de la Santé après la réforme Bachelot. Les impôts servent donc, et participent à la solidarité entre tous les citoyens. Ce principe qui a fondé notre République doit être rappelé, au moment où il est beaucoup question des valeurs qui fondent notre pays. La progressivité de l’Impôt sur le revenu est une conquête républicaine.

La Fraternité est une des devises de la République Française et ne doit pas être oubliée, lorsque des décisions sont prises.

Je vous prie de croire. Monsieur, à l’assurance de toute ma considération. »

Lu 237 fois Publié le jeudi, 20 avril 2017