Calais : ce n'est pas un vieux film de Godzilla, c'est du gaspillage subventionné...

Écrit par Gauthier LAMOTHE
dragon-calais-argent-publiv dragon-calais-argent-publiv © pixabay

10 mètres de haut.. 25 mètres de large… 27 millions d’euros de gaspillage. Si sa machine qui imite le crachat du feu ne marche pas toujours, le dragon de Calais brûle bel et bien l’argent du contribuable.

Imaginez-vous dans les chaussures du maire d’une ville en crise : votre commune est soumise à un afflux de migrants régulier, et n’attire plus trop les touristes… De surcroît, elle connaît un taux de chômage de 25% !

Que faites-vous ?

Si fabriquer un énorme dragon qui se traîne à 4 km/h pour "ré-enchanter la ville" est l'idée qui vous vient spontanément, vous êtes peut-être, cher lecteur, taillé pour la commune de Calais.

Pour ré-enchanter et dynamiser la ville, et capter l’attention des millions de touristes qui transitent par Calais, il a été décidé de produire un immense dragon mécanique, inauguré le 1er novembre 2019…

Cette énorme machine a un look qui n'est pas sans rappeler le Dragonzord de la série Power Rangers, Robot géant qui protégeait la terre d'envahisseurs extraterrestres et berçait l'imaginaire des enfants des années 1980.

Pourtant, sa fabrication est bel et bien française, puisqu'elle vient de la compagnie « La Machine », déjà connue pour le Grand Éléphant de Nantes, le Minotaure de Toulouse, et autres sculptures à l'étranger.

Ironie du sort, dans sa première année d’existence, le dragon de Calais a connu des avaries au niveau de son moteur. C’est malheureux, car le dragon devait transporter des touristes, et des clients avaient déjà réservé leur place.

Natacha Bouchart, maire de la ville, avait pour objectif de faire de Calais une station balnéaire du XXIe siècle et de lui redonner un second souffle…

En apprenant cette nouvelle, on est tenté de se demander combien de personnes ont vu ce projet en se disant une seconde qu’il était pertinent.

Manifestement, les problèmes vont continuer, puisque deux autres sauriens mécaniques sont commandés pour 2022 : les touristes apprécieront le frisson de se promener à 6 km/h au milieu des voitures, et les usagers des voies de bus que ces dragons utilisent apprécieront le dérangement.

Le dragon a nécessité un chantier de deux ans, et a coûté 27 millions d’euros, payés sur 8 ans par diverses entités publiques (ville, Etat, Conseil régional, communauté d’agglomération, etc…)

Grâce à Médiacités, il est possible de voir où part votre argent, dans le détail :

  • 3,2 millions d’euros pour le dragon (hélas)
  • 920 000 euros pour le spectacle d’ouverture (et oui, que serait un gaspillage d’argent public sans sa pompeuse inauguration)
  • 370 000 euros pour la signalétique routière
  • 3,4 millions d’euros pour la halle de maintenance et l'abri pour le dragon
  • 9 millions pour l’acte 2 (quelques animaux en plus)
  • 3,75 millions d’euros pour un blockhaus de stockage
  • 1,35 million d’euros en 2022 pour l'acte 3 (encore d’autres animaux, on parle de six iguanes)
  • 870 000 euros pour l'acte 4 (un dernier grand iguane dans le quartier Saint-Pierre)

 

Et il faut en plus rajouter de 500 000 à 1 500 000 euros pour subventionner le prix du billet et le maintenir à un prix abordable (9,5 euros… quand bien sûr le billet n’est pas gratuit).

Au vu d’autres événements qui secouent régulièrement Calais, on est en droit de se demander si cette dépense était prioritaire, mais surtout s’il y avait la moindre chance que ces dragons mécaniques changent quoi que ce soit au tourisme dégradé de la ville.

Si l’on en croit les calculs officiels, les dragons sont prévus pour devenir rentables d’ici 2032 : Calais compte moins d’habitants que Nantes et son éléphant, mais le plan est basé sur une fréquentation des touristes belges et britanniques, excessivement optimiste même avant la crise COVID.

Comme souvent, les subventions françaises sont soumises à délai, et les décisionnaires décident de les utiliser de manière hâtive et absurde plutôt que de les perdre : le fonds de compensation de 100 millions d’euros touché par Calais était une manne qui méritait bien d’en allouer plus d’un tiers à un dragon grotesque…

Contribuables Associés tente de sensibiliser le public à une gestion raisonnée de l’argent public, notamment en listant les gaspillages éhontés qui portent préjudice à toute la France, et l’un des meilleurs moyens de nous soutenir est de partager ce genre d’articles, afin que tout le monde soit au courant.

Lu 1069 fois Publié le samedi, 01 janvier 2022

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.