Dépenses de l'État : où passe votre argent ?

Écrit par Contribuables Associés
dépenses-publiques-france © Shutterstock

Où passe l’argent des contribuables ? C’est la question à laquelle l’Insee apporte chaque année des éléments de réponse en présentant une topographie de la dépense publique. 

Pour 1 000 euros de prélèvements obligatoires (impôts + cotisations sociales) le précis de décomposition de l’INSEE permet de savoir comment l’État a dépensé les sommes piochées dans la poche des contribuables en 2022.

Ce tableau de la dépense publique fait l’objet d’un billet publié sous la signature de François Ecalle, conseiller maître honoraire à la Cour des comptes, ancien membre du Haut Conseil des finances publiques et animateur du site Fipeco.  

dépensepubliqueen2022.FIPECO.INSEE.png

On y apprend que pour 1 000 euros de prélèvements obligatoires en 2022, les dépenses de protection sociale se taillent la part du lion : 563 euros. 

Elles représentent 56,3 % des dépenses publiques, dont 247 euros pour les retraites, 209 euros pour la santé, 37 euros pour les familles et 29 euros pour les allocations de chômage.

Suivent les dépenses d’enseignement qui absorbent 90 euros et le soutien aux activités économiques avec 116 euros consommés. 

Si on entre dans le détail de ce soutien à l’économie, les aides et subventions aux ménages et entreprises (hors transports) sont de 81 euros, les dépenses de transport se montant à 35 euros supplémentaires.

Enfin, les dépenses des « services généraux » (fonctions supports des administrations) représentent 67 euros, les dépenses militaires 31 euros alors que les intérêts de la dette publique atteignent 34 euros.

Sur le moyen terme, François Ecale note que la ventilation des dépenses publiques « s’est déformée de 1995 à 2022, notamment au profit des retraites, de la santé, des soutiens aux activités économiques hors transports, de la fonction « loisirs, sports et culture », de la lutte contre l’exclusion et de la protection de l’environnement ». 

Sur la même période, cette réaffectation d’argent public s’est notamment effectuée au détriment de la défense, de la recherche fondamentale, des transports, des services généraux, de la politique familiale et de l’enseignement. 

Par exemple, pour 1 000 euros dépensés, la part de la famille est tombée de 48 à 37 euros entre 1995 et 2022, les aides personnelles au logement de 17 à 14 euros, alors que celles dédiées aux loisirs, à la culture et au sport sont passées de 18 à 25 euros.

Les sommes allouées à la protection de l’environnement se sont appréciées de 11 à 19 euros. 

Évolution des politiques publiques

Mammouth. Parmi ces politiques, les dépenses affectées à l’enseignement sont révélatrices de l’épaisseur de la couche de graisse enrobant les flancs du « mammouth », selon la formule de Claude Allègre

La masse salariale absorbe 71% du coût total de cette politique, ce ratio décroissant du primaire au supérieur. 

Sur 90 euros affectés à l’enseignement, 24 euros vont vers les écoles, 38 euros vers les collèges et lycées, 11 euros vers le supérieur et 11 euros vers les services annexes (cantines, résidences universitaires, bibliothèques…).

Absentéisme. Les chiffres de l’INSEE indiquent que pour 1 000 euros dépensés 209 euros sont affectés à la santé : 54 euros servent notamment à rembourser les services de santé en ambulatoire, 64 euros à financer les hôpitaux (dont 39 euros pour couvrir les dépenses de personnel).

A noter que 54 euros sont utilisés pour financer des indemnités d’absentéisme : arrêts maladie, invalidité, etc.

Transport en panne. Si le soutien aux activités économiques a progressé entre 1995 et 2022, les dépenses consacrées aux transports ont en revanche reculé de 48 à 35 euros sur la même période alors que les pouvoirs publics incitent les automobilistes à laisser leurs voitures au garage. 

Les aides ciblées sur des branches industrielles sont marginales. 

Concernant la culture, sur 25 euros affectés au soutien des activités récréatives et culturelles, 10 euros financent les activités récréatives et sportives, 12 euros les services culturels et 3 euros les services de radio et télévision. 

Ces dépenses sont payées pour 28 % par les administrations publiques centrales et pour 72 % par les administrations publiques locales. 

Les choix budgétaires de la France sont-ils raccord avec ceux des autres pays européens ?

François Ecalle annonce une note ultérieure qui comparera les dépenses par politique publique avec celles des autres pays européens en 2022 lorsque les statistiques requises auront été publiées par Eurostat. Contribuables Associés en rendra compte.

Publié le vendredi, 05 janvier 2024

7 Commentaires

  • Lien vers le commentaire essentielliste samedi, 10 février 2024 Posté par essentielliste

    je suis conscient de la difficulté en France de connaître ou va l'argent dépensé de façon analytiquement objective vu les arrangements comptables par la "Haute fonction Publique" de la "comptabilité Publique" qui a ses propres règles que seuls quelques "initiéss" connaissent.
    Lorsqu' on lit le tableau présenté on ne peut pas dire que l'on commence à voir clair dans la question: ou va notre argent ?
    Je prends un exemple portant sur des sommes gigantesques : les "retraites". (vieillesse) de 247 milliards par an !! ah !!
    comment se compose ce chiffre ahurissant toujours mis en avant ?
    première question :la part du Public ? et la part du privé ?
    pour le Public y compris Sncf, Ratp et autres c'est 11O milliards par an selon l'étude de Maître P. Delsol Président de l'IREF en tant
    que contribution et surcontribution de l'Etat et autres Administrations Territoriales, Hospitalières, et militaires + Banque de France etc.

    pour le privé la "retraite sécu " n'accuse un déficit que de 5 à 10 milliards par an selon les ministres précédents. et les retraites
    complémentaires sont au pire à l'équilibre au mieux viennent combler les "trous "de l'Etat. Voir récemment....

    Donc c'est quoi les 247 MILLIARDS???
    Je demande une réponse de la part de la Direction de Contribuables Associés dont je suis membre depuis plus de dix ans


    Remerciements pour cette clarification

    Essentielliste

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Sam mardi, 06 février 2024 Posté par Sam

    Je suis d’accord avec Jamas les fonctions régaliennes incluant au l’énergie-nerf de la guerre-mais aussi recherche fondamentale pour rester compétitif dans le monde et enfin les transports car pour travailler les gens ont besoin de se déplacer sur des routes et des lignes ferrovieres en bon état. La culture les services de santé ambulatoire (!) un taxi pour aller faire sa reeduc toute les semaines !! Les formations qui sont des mannes pour toutes ces pseudo apprentissage..

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire lou fabou vendredi, 19 janvier 2024 Posté par lou fabou

    Il est vrai que lorsqu'on subventionne des associations fantômes dont les comptes ne sont pas présentés, des syndicats et des partis politiques qui devraient vivre des cotisations de leurs encartés, quand on verse à l'assemblée nationale et au sénat des budget décidés par eux et qui sont pharaoniques.... A la fin il ne reste que les contribuables pour renflouer les caisses. Tous autant qu'ils sont, du maire au président de la république, annoncent qu'il n'y a pas d'augmentations d'impôts ! Pourtant quand je regarde mes avis d'imposition, les sommes demandées augmentent et mes revenus n'évoluent pas ! Ces annonces de nos élus, j'appelle ça du foutage de gueule !

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Delrieu vendredi, 19 janvier 2024 Posté par Delrieu

    Il est clair que les dépenses sociales hors retraites sont trop élevées ainsi que pour les transports qui devraient être payées par les utilisateurs.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire lou fabou jeudi, 18 janvier 2024 Posté par lou fabou

    C'est une gabegie infernale ! Rien n'est fait et ça nous coûte la peau des fesses ! Il faut supprimer le social aux non français et mettre les 54 milliards dans l'école et l'hôpital.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire jamas mercredi, 17 janvier 2024 Posté par jamas

    On dépense pour plein de choses dans tous les domaines, pour tout et rien, on saupoudre, on s'occupe de tout à moitié, et encore... et les dépenses consacrées au régalien (justice-police-défense-santé de base), au fondamental, deviennent ultra minoritaires.
    Faisons d'abord l'essentiel correctement et après on s'occupera des domaines secondaires !

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Cade lundi, 08 janvier 2024 Posté par Cade

    Bonsoir
    Serait-il possible de détailler la répartition des dépenses sociales. Merci

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.