Remboursement des psychologues par la Sécu

Écrit par Aliénor Barrière
Sécu-psychologues-argent-public Sécu-psychologues-argent-public Mohamed Hassan - Pixabay

Désormais, les rendez-vous chez le psychologue seront remboursés par la Sécurité sociale, à condition d’être prescrits par un médecin. Les patients bénéficieront ainsi de huit séances gratuites dès le mois d’avril 2022, grâce au dispositif « MonPsy » s’adressant aux Français souffrant de troubles dépressifs et anxieux d’intensité « légère à modérée ».

Il faut dire que la gestion de la crise sanitaire a un peu forcé la chose : l’article 12 de la loi du 5 aout 2021 relative à l’obligation vaccinale des professionnels de santé dispose que « doivent être vaccinés, sauf contre-indication médicale reconnue, contre la covid-19, les personnes (…) faisant usage du titre de psychologue ».

Dès lors, il était plutôt délicat d’obliger des dizaines de milliers de praticiens à se faire vacciner partout en France, les reconnaissant de fait membres du personnel médical, pour, dans un savoureux en même temps quinquennal, leur refuser le remboursement des soins.

Ça, c’est pour le principe quand on se place de point de vue des psychologues.

Du point de vue du contribuable, on ne peut qu’assister, un peu inquiet, à la frontière de plus en plus floue concernant les remboursements effectués par la Sécurité sociale.

Les psychologues ne sont pas médecins, dès lors, où s’arrête la limite ? Les ostéopathes qui soignent quotidiennement les Français et qui ont également dû se faire vacciner pour continuer d’exercer seront-ils remboursés eux-aussi ?

S’il s’agit d’une mesure pour favoriser des guérisons en douceur, pourquoi l’homéopathie n’est-elle, elle, plus remboursée lorsqu’elle est prescrite par un médecin ?

Toutes ces incohérences ne viendront certainement pas aider à combler le gouffre déficit de la Sécurité sociale.

Lu 277 fois Publié le lundi, 11 avril 2022

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire borne eric jeudi, 14 avril 2022 Posté par borne eric

    L'idée en elle même n'est pas mauvaise, si se n'est l'obligation qui est faite au psychologues voulant participer à ce système, d'appliquer des méthodes thérapeutiques qui sont parfois pas du tout celle du praticien. Ce qui a pour effet, que beaucoup de professionnels ne veulent pas être intégrer dans ce dispositif, une fois de plus sur une bonne chose, l'administration ne peut s'abstenir de mettre son grain de sel...

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.