Denis Payre : un entrepreneur engagé pour faire baisser massivement les impôts [Tribune]

Denis-Payre-dépenses-publiques-impôts Denis-Payre-dépenses-publiques-impôts D.R.

Tribune d’un entrepreneur engagé au Congrès des Républicains pour faire baisser massivement les impôts.

 

" Je m’appelle Denis Payre. Je suis avant tout un père de famille de quatre enfants qui se mobilise car il ne veut pas laisser à ses enfants un pays déclassé.

Je suis aussi un entrepreneur depuis 30 ans. Je suis originaire de province, issu de la classe moyenne, parti de rien, j’ai fondé et développé deux sociétés innovantes devenues des leaders mondiaux, l’éditeur de logiciel Business Objects qui est une division de SAP et la société de logistique de l’e-commerce Kiala qui est une division de UPS.

J’ai fréquemment rencontré pendant de nombreuses années Bernard Zimmern, co-fondateur de Contribuables Associés, dont je partageais les convictions.

Je suis d’ailleurs comme lui et comme vous un citoyen engagé depuis 24 ans contre la surfiscalité de notre pays !

J’ai fondé Croissance Plus pour créer un environnement propice aux entreprises innovantes. Je me suis battu avec succès pour pouvoir partager la création de richesse avec mes collaborateurs dans l’esprit de ce que voulait le Général de Gaulle sans que ce soit massivement taxé.

Je me suis aussi battu contre l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune) dont j’ai obtenu le re-plafonnement puis la suppression. Cet impôt détruisait l’économie en chassant les entrepreneurs hors de France. Même si ce sujet était compliqué et polémique, je me suis exposé personnellement parce que les conséquences pour notre pays étaient trop graves.

En 2013, après avoir participé au mouvement des Pigeons en réaction au choc fiscal de François Hollande, j’ai fondé le mouvement Nous Citoyens pour obtenir un recentrage de l’Etat sur ses fonctions régaliennes et une baisse importante de la dépense publique et des prélèvements.

Mon action avec les membres de Nous Citoyens a fortement influencé le programme de François Fillon en 2017. Constatant qu’aucun candidat à la Primaire, maintenant Congrès, des Républicains n’allait reprendre les idées de François Fillon, j’ai décidé d’être candidat fin août de cette année.

Je l’ai fait pour porter un projet ambitieux de réforme de l’Etat afin de « Retrouver un Etat Fort », c’est à dire un Etat efficace au juste coût pour baisser massivement les prélèvements et pouvoir investir dans l’avenir.

Je vais aussi formuler des propositions pour avoir enfin une justice rapide et efficace pour en finir avec le sentiment d’impunité, une politique migratoire contrôlée, une politique d’intégration qui fonctionne, pour réindustrialiser vraiment le pays, pour avoir une école en tête des classements internationaux, un pays qui rayonne à nouveau par ses innovations.

Je vais enfin exposer comment réussir une transition énergétique acceptable socialement et économiquement en ne rejetant pas le nucléaire et en évitant la décroissance.

La direction des Républicains a commencé par rejeter ma candidature pendant plus d’un mois. J’ai finalement obtenu le 13 octobre que ma candidature au Congrès soit acceptée, ce qui a été annoncé immédiatement au Journal de 20h de TF1. Ma campagne a néanmoins été fortement retardée.

J’ai maintenant besoin de réunir avant fin octobre le parrainage de 250 maires ou conseillers généraux ou conseillers départementaux. Ces élus peuvent être Républicains ou divers-droite. Leur parrainage n’est que pour le Congrès du 4 décembre, ils gardent leur liberté par rapport à l’élection présidentielle.

Ce parrainage est de plus confidentiel, il ne sera connu que de la commission de parrainage des Républicains.

Si vous pensez qu’il est important qu’un entrepreneur accompli qui n’est pas un fonctionnaire ou un politique de carrière, puisse s’exprimer jusqu’au bout de ce Congrès et peser pour faire baisser massivement les impôts, alors vous pouvez m’aider en allant voir vos élus locaux.

Les maires de petites communes en région sont souvent très sensibles à mon discours, car ce sont souvent des citoyens comme vous et moi qui veulent aussi que les choses changent.

Contactez-moi à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Nous vous adresserons un formulaire de parrainage et un Manifeste qui résume mes positions.

Je vous présente ici le premier pilier de mon programme : retrouver un Etat Fort. Je constate que le pays est cadenassé dans un carcan bureaucratique qui le bride et l’étouffe, le génie français à l’origine de notre prospérité et de notre rayonnement, s’exprime très difficilement de nos jours.

Par conséquent, je propose de retrouver un Etat Fort en sortant du Tout-Etat bureaucratique afin de faire cesser les gaspillages et l’amateurisme.

Cela permettra de faire baisser les prélèvements obligatoires pour retrouver des marges de manœuvres budgétaires et pouvoir investir dans l’avenir, notamment dans la sécurité et l’excellence éducative.


Commencer par un diagnostic honnête et partagé de la situation


Si la gravité de la situation commence à être parfaitement comprise par le plus grand nombre puisque 62% des Français considèrent que le pays est en déclin, les causes de ce déclin ne sont pas toujours parfaitement comprises.

Or, cela doit être aussi le cas pour que le pays accepte les évolutions profondes de notre mode de gouvernement afin de corriger la situation.

L’effondrement de l’Etat dans ses missions régaliennes visible au grand jour et source de multiples polémiques de la part des dirigeants populistes - justice, police, contrôle des frontières- n’est que le symptôme d’un mal plus profond.

Comment fait notre Etat qui a les moyens les plus élevés au monde et des fonctionnaires de qualité pour ne pas réussir à assurer le plus élémentaire, le minimum attendu de n’importe quel Etat sur les sujets régaliens?

A vouloir tout faire, notre Etat est devenu très faible. Il n’est plus là où il devrait être, ces missions régaliennes essentielles qu’il est seul à pouvoir exercer, et il est beaucoup trop présent sur de multiples autres missions où il n’est pas indispensable et où il est souvent gravement inefficace.

Notre système de santé est de loin le mieux doté en Europe mais a supprimé ses stocks de masques stratégiques pour faire des économies et a des premières lignes sous-payées et des effectifs administratifs pléthoriques, notre système éducatif a un budget dans la moyenne européenne mais a des enseignants mal payés et est dans les derniers des classements internationaux. Il a lui aussi des services administratifs pléthoriques.

Plus grave encore, actuellement l’Etat détruit la France.

Ma conviction est que l’Etat, parce qu’il est dispersé sur de multiples sujets, n’arrive plus à assurer l’essentiel. Le Tout-Etat bureaucratique et touche-à-tout devient laxiste et gribouille.

La gouvernance et l’organisation de notre système public doivent être totalement repensés pour retrouver un Etat Fort. Nous le devons à nos enfants pour ne pas leur laisser un pays déclassé. L’Etat faible détruit et asphyxie le pays.

De nombreuses données existent pour supporter cette affirmation :

la France a les prélèvements les plus élevés au monde, son manque de compétitivité en fait le pays le plus désindustrialisé d’Europe au même niveau que la Grèce, pays de tradition agricole alors que nous avons été aux avant-postes de toutes les révolutions industrielles, la France a perdu la moitié de ses ETI (entreprises de taille intermédiaire) depuis 1980, notre agriculture autrefois source de fierté et d’exportations records n’est plus auto-suffisante, nous importons plus que nous exportons en dehors des vins et spiritueux, le déficit de la balance commerciale explose quand nos voisins sont excédentaires.

Le pouvoir d’achat s’est effondré, nous étions la 5e puissance mondiale en termes de création de richesses par habitant en 1975, nous ne sommes plus que la 26e.

Les zones de non-droit sont de plus en plus nombreuses, l’immigration est hors de contrôle…


Le bilan très décevant d’Emmanuel Macron

En 5 ans à la tête de l’Etat, Emmanuel Macron a fait de petites réformes utiles qui avaient été promues par Nous Citoyens (barémisation des indemnités de licenciement, relance de l’apprentissage).

Cependant, il n’a engagé aucune réforme structurelle de l’Etat. En ne corrigeant pas la situation, il l’a laissée empirer.

Les baisses d’impôts consenties n’ont pas été accompagnées par une baisse de la dépense. Elles sont financées par la dette, donc par les générations futures ou des impôts demain, ce qui est parfaitement irresponsable.

La hausse de la CSG (contribution sociale généralisée) a en grande partie effacé les baisses d’impôts consenties par ailleurs.

Emmanuel Macron avait pourtant un tout petit objectif de baisse du nombre de postes de fonctionnaires de 120 000 postes, soit 2% seulement de l’effectif global en 5 ans alors que 140 000 agents au moins partent à la retraite chaque année, soit 700 000 en 5 ans ….

Il a au contraire crée 120 000 postes supplémentaires et laissé remplacer ces 700 000 départs à la retraite.

Il s’est servi de la crise des Gilets jaunes pour justifier de ne rien faire alors que le message des premiers Gilets jaunes était au contraire une révolte fiscale avec une demande d’une meilleure efficacité de la dépense publique.

Il n’a mené aucune réforme structurelle, s’attachant à des mesures souvent homéopathiques avec une approche très étatiste et technocratique des sujets comme l’a montré son projet de réforme des retraites.

A cause de son inaction, le pays est actuellement extrêmement vulnérable à une hausse des taux d’intérêt de la dette devenue considérable suite au Covid qui le mettrait dans l’obligation d’augmenter les impôts et provoquerait une nouvelle révolte fiscale dans un pays sans « réserve fiscale », qui n’a plus aucune marge de manœuvre dans ce domaine.

De plus, de très nombreux domaines nécessitent de nouvelles dépenses très importantes : l’école, la justice, la défense, la transition énergétique. Il est impossible de les financer par de nouveaux impôts et la dette est déjà à des niveaux records.

 


Des économies de 145 milliards d’euros pour revenir à des prélèvements normaux et pouvoir investir dans l’avenir


Je propose de réaliser un programme d’économies de 145 milliards d’euros en 5 ans pour retrouver des prélèvements normaux, cesser donc d’être le pays le plus taxé au monde, et avoir les moyens d’investir dans l’avenir. Cette somme ne représente que 11% de la dépense publique globale, ce qui ne semble pas irréaliste.

Cependant, avant de promettre des baisses de prélèvements, il faut avoir parfaitement identifié comment les financer.

Nous innovons dans notre approche en proposant un programme massif, détaillé et argumenté de baisse de la dépense avant de promettre des baisses d’impôts qui ne seraient pas financées.

Nous ne voulons pas du flou démagogique des promesses électorales sans lendemain, ni du jeu de bonneteau habituel qui consiste à reprendre d’une main ce qui a été donné de l’autre.

Nous ne voulons pas non plus de baisses financées par la dette comme actuellement, donc par nos enfants.

Nous voulons de vraies baisses de prélèvements crédibles et durables.

87 milliards d’euros seront économisés sur la dépense sociale et 58 milliards sur les dépenses de l’Etat et de la fonction publique territoriale.

Pour arriver à de tels chiffres, le programme s’appuie sur les travaux des meilleurs think-tanks et économistes français. Nous avons travaillé avec l’IFRAP, Molinari ou Thomas More.

Il est également prévu de déployer un vaste programme de transformation des trois fonctions publiques appelé Qualité Efficacité France 2027.

Les réductions de dépenses viendront principalement des structures administratives qui seront fortement réduites. Les fonctionnaires seront moins nombreux et mieux payés.

L’optimisation du rapport qualité-prix des services publics sera garantie par le déploiement d’une méthodologie innovante pour créer une culture du résultat.

Celle-ci passera par une évaluation des coûts de production et de la qualité de service des principales entités administratives (rectorats, hôpitaux, régions, métropoles…).

Les résultats permettront des comparaisons des entités entre elles et des comparaisons internationales. Les meilleures pratiques seront valorisées. Les fonctionnaires et les citoyens seront mis à contribution pour trouver des pistes d’économies et d’amélioration de la qualité.

Les citoyens pourront évaluer les services publics comme sur une application.

Les fonctionnaires seront récompensés pour leur capacité à améliorer les coûts et le service.

Les économies viendront aussi de décisions fortes en matière de périmètre de la fonction publique. L’Etat doit faire preuve d’une plus grande humilité et d’un plus grand réalisme quant à sa capacité d’exécution opérationnelle.

Il doit s’obliger à considérer le recours aux concessions pour les missions non régaliennes et en dehors des missions de supervision, d’orientation et de contrôle.

Un basculement doit être opéré permettant d’atteindre une cible de 50% au moins des services d’exécution opérationnelle vers des modèles de concessions à marge régulée en ciblant les plus coûteux en priorité.

Cela concernera en particulier les hôpitaux, les crèches, l’enseignement. Les 50% restants pourront continuer à être gérés par le public à condition qu’à l’issue d’une consultation le coût du service public n’excède pas de plus de 10% le coût de la concession.

Le service sera ainsi moins cher et de meilleure qualité. Le modèle des crèches privées prouve tous les jours qu’il est possible de faire plus avec moins en matière de dépenses sociales.

Des propositions sont également formulées sur la simplification du millefeuille territorial par la fusion des régions et des départements, le financement des syndicats vers plus de responsabilité et de transparence, un véritable service minimum dans tous les services publics, la réduction de la bureaucratie, le sauvetage des retraites par une réforme paramétrique simple et une suppression des régimes spéciaux injustifiés à la SNCF et à la RATP, le plafonnement de toutes les aides sociales à 75% du SMIC, la lutte contre la fraude sociale par la mise en place de la carte Vitale biométrique renouvelable tous les deux ans, la liberté dans la couverture sociale des indépendants.

Ces efforts permettront une baisse de 80 milliards d’euros des prélèvements à la fin du quinquennat et 55% des économies ainsi réalisées seront restituées à la société civile, particuliers et entreprises.

Cela comprendra une baisse de 30% des taux de l’impôt sur le revenu, une baisse de 20% de la CSG sur tous les revenus concernés, une baisse de 10% des charges salariales hors CSG, une baisse de moitié des impôts de production, une exonération de droits de succession jusqu’à 250 000 euros, un abattement de tous les droits pour les successions d’entreprise avec engagement de détention de10 ans, une suppression de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière).

Cette baisse d’un peu plus de 3,5 points de PIB (produit intérieur brut) correspond à plus de la moitié du différentiel avec la moyenne de la zone euro.

Le PIB va augmenter ainsi que les recettes fiscales grâce à une croissance retrouvée.

Grâce à ces deux facteurs, le reste du différentiel de prélèvement sera de fait absorbé et la France redeviendra un pays normal en matière de prélèvements à la fin du quinquennat.

52 milliards seront consacrés à l’avenir avec en particulier des efforts sur :

  • La restructuration des services publics et la création d’une culture du résultat
  • Le renforcement des moyens de lutte contre la délinquance par l’alignement de notre budget pour la justice sur la moyenne européenne incluant plus de prisons et des forces d’intervention spéciales dans les zones de non-droit
  • La ré-industrialisation, la transition énergétique, l'incitation à l’innovation pour les particuliers sur le modèle de l’EIS (Enterprise investment scheme) britannique
  • La création d’un système de retraite par capitalisation
  • La défense

13 milliards par an seront alloués à l’équilibre budgétaire.

Nous avons rédigé un document de 14 pages qui donne plus de détails sur chacun de ces sujets, nous le tenons bien sûr à votre disposition à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Merci encore pour votre aide rapide sur les parrainages si vous en avez la possibilité !

Citoyennement vôtre,

signature denis payre

Denis Payre

 

Lu 2717 fois Publié le jeudi, 14 octobre 2021

11 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Marchand mardi, 19 octobre 2021 Posté par Marchand

    Réfléchir à la CSG déductible et celle non déductible. Est-ce normal de remettre dans ses revenus une somme qu'on n'a pas touchée ? Là encore, on paye un impôt sur un impôt !

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire mm PETIT mardi, 19 octobre 2021 Posté par mm PETIT

    bonsoir monsieur PAYRE,
    je vous propose d'envoyer votre programme à notre maire , mr François MARTINS à GRAFFIGNY CHEMIN 52150 (Haute Marne)
    ancien cadre de la Marine Nationale en retraite ; il est joignable à la Mairie le lundi de 16 h 30 à 18 h 30, et le jeudi de 9 h 30 à 11 h 30
    téléphone : 03 25 01 72 90je pense qu'il sera très intéressé par ce que vous proposez
    cordialement
    mme PETIT

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire DE GRAEVE mardi, 19 octobre 2021 Posté par DE GRAEVE

    il faudrait supprimer et mieux réguler la retraite de hommes politiques, pas très important au niveau national en terme de coût, mais une pierre à ajouter à l'édifice. Exemple :la retraite des présidents de la république doit être très correcte (ex 120 000 € à l'année) mais ne plus octroyer et payer une secrétaire, une voiture, de frais de déplacement, un montant pour avoir un bureau etc... Voir Edith Cresson ( 1er ministre et pas présidente ) qui à 84 ns bénéficie de tous ces privilèges etc....... Il y a du travail dans ce domaine à réaliser pour revenir à la raison ! Pourquoi jack Land peut- il s'occuper du monde arabe à passé 80 ans? Le salaire n'est-il pas lui aussi disproportionné ?

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Lejeune mardi, 19 octobre 2021 Posté par Lejeune

    je me permets de reprendre golelbo lundi, 18 octobre 2021 Posté par golelbo >> là tout est dit ... :
    Il manque: la démission de la fonction publique d’État ou territoriale dés qu'un fonctionnaire se présente à une élection. ( comme au Royaume Uni ). ce qui évitera d'avoir un parlement composé de 60% de fonctionnaires.
    La fin des 35 h qui a complètement désorganisé la police et les hôpitaux... et les entreprises aussi...
    La fin des RTT ...
    La suppression des préfets hors cadre, la suppression de la majorité des comités Théodule
    La suppression des 1% du CA de notre facture EDF qui sert à financer la CGT, le fossoyeur d'entreprises
    La suppression des aides aux médias , qui , par la force des choses, se trouvent inféodés au pouvoir.
    ETC
    les aller-retour des hauts-fonctionnaires entre l"'états" et le "privé" ...
    effectivement, VOILA LES VRAIS ÉCONOMIES à gagner, et un peu plus d'égalité, retrouver un peu plus de démocratie...

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Dufournet lundi, 18 octobre 2021 Posté par Dufournet

    Merci Monsieur Payre c'est le type de programme que nous attendions depuis des années
    Bien sûr il suppose une maîtrise des mesures d'équité et non d'égalité et la fin de la cours aux mesures démagogiques dont la France souffre depuis 40 ans;
    Il faut déjà être élu et là, pour nous, comment apporter notre modeste pierre ? et puis en suite le courage de mettre en oeuvre des dispositions qui ne feront pas plaisir à tout le monde surtout syndical mais justement il faudra montrer par des réalisation concrètes que l'on peut faire mieux avec moins de monde, chose qui est inconnue de la masse des français . Il faudra en apporter la preuve tangible et ce ne sera pas simple.
    Dans l'entreprise ou j"ai pu exercer comme cadre dirigeant, ces problématiques nous avons du les résoudre en ayant recours a des savoir faire
    qui exigent des compétences que l'on trouve et que l'on peut faire acquérir par la formation mais formation de qualité .
    C'est l'enjeu de la France de demain
    Courage

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Moritz lundi, 18 octobre 2021 Posté par Moritz

    Plafonnement des rémunérations des hauts fonctionnaires et politiques

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Lheriteau lundi, 18 octobre 2021 Posté par Lheriteau

    L'essentiel y est mais il faut rajouter beaucoup d'autre sujets ,en particulier toutes les économies qui peuvent être réalisées ,avec ambition et ...courage politique .
    Un ancien de Nous Citoyens

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Nevux lundi, 18 octobre 2021 Posté par Nevux

    Très intéressant, c’est ce qu’il faudrait faire. Pour être crédible il faudrait qu’il y ait le comment faire pour ne pas avoir lotus les bérets, les gilets , les chemises de toutes les couleurs dans la rue en plus des syndicats.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire golelbo lundi, 18 octobre 2021 Posté par golelbo

    Il manque: la démission de la fonction publique d'Etat ou territoriale dés qu'un fonctionnaire se présente à une élection. ( comme au Royaume Uni ).ce qui évitera d'avoir un parlement composé de 60% de fonctionnaires.
    La fin des 35 h qui a complètement désorganisé la police et les hopitaux.
    La suppression des préfets hors cadre, la suppression de la majorité des comités Théodule
    La suppression des 1% du Ca de notre facture EDF qui sert à financer la cgt, le fossoyeur d'entreprises
    La suppression des aides aux médias , qui , par la force des choses, se trouvent inféodés au pouvoir.
    ETC

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Mallard Daniel lundi, 18 octobre 2021 Posté par Mallard Daniel

    Voilà 1 programme courageux et ambitieux, et qui semble réaliste et surtout...réalisable en 5 ans!...
    Avec cependant, une seule interrogation, mais de taille :
    Réaction de la Fonction Publique..et des Syndicats ?

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.