L'étoffe de l'Europe, un peu étroite autour du cou du contribuable français

Écrit par Gauthier LAMOTHE
L'étoffe de l'Europe, un peu étroite autour du cou du contribuable français Image @Clément Beaune Twitter

L'ensemble de la présidence de la France au Conseil de l'UE a coûté 150 millions d'euros au contribuable français. Dans le lot, une dépense frivole et prétentieuse...

Le changement de présidence du Conseil de l’Union européenne, c'est toujours un moment d'allégresse.

D'abord pour ceux qui vivent aux frais des contribuables de tous les pays d'Europe en se retrouvant à un poste clé à la rémunération rondelette, mais également pour les amateurs de décorations clinquantes que l'on regarde d'un air vaguement indifférent jusqu'au jour où l'on apprend leur prix et la provenance des fonds...

Le 10 Janvier 2022, la France prenant la présidence tournante du Conseil, Roselyne Bachelot, notre ministre de la Culture avec un grand C, a inauguré l'Étoffe de l’Europe... Derrière ce nom clinquant, une symbolique inspirée : les États européens tissent des liens entre eux... Liens... Étoffe... Étoffe... Liens... Vous venez de comprendre cette justification digne d'une blague potache d'un mauvais monologue de stand-up.

Deux toiles géantes, 37 couleurs prises aux 27 drapeaux des États membres, et quelques autres productions du même style, allant jusqu'à représenter à la fois les transitions numérique et écologique : et oui, le maillage d'une étoffe rappelle vaguement un réseau informatique... Tout cela, sous-tendu par l'idée que « chacun se reconnaît » dans ce motif... Vous vous y reconnaissez, vous ?

Issue des ateliers Adeline Rispal, cette création a coûté la coquette somme de 340 000 euros, et c'est le Contribuable Français qui l'a payée dans son intégralité.

L'on pourrait déjà s'esclaffer en voyant un projet se prenant au sérieux à ce point-là, mais l'absurdité continue : chaque ruban a fait l’objet d’une validation diplomatique. Cela signifie que le temps des ambassadeurs a été monopolisé à nos frais pour... ça ! Il est, comme souvent, bien difficile d'estimer le coût réel d'un tel gaspillage, car en fin de compte, en plus des sommes engagées directement, le temps de chaque diplomate, ambassadeur et bureaucrate en charge de la validation est du temps que le contribuable paye également.

Le plus ennuyeux dans tout cela, c'est que les contribuables Français n'ont pas le moindre mot à dire en ce qui concerne l'usage de leur argent par l'Union Européenne.

Si ce gaspillage édifiant vous donne à réfléchir, ne manquez pas la sortie de la prochaine édition de notre Livre Noir des Gaspillages, en 2022, en vous abonnant à notre newsletter.

Lu 2368 fois Publié le samedi, 22 janvier 2022

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.